4 mai 2013

La nouvelle (1)

Il y a des livres qui jalonnent notre parcours de lecteur. Je me suis demandé récemment quelles avaient été mes premières lectures de nouvelles, puis les suivantes, celles qui ont développé mon intérêt pour ce genre littéraire.

Je crois que j'ai commencé par les nouvelles d'Edgar Allan Poe, Histoires extraordinaires et Nouvelles histoires extraordinaires, que j'ai lues vers 18 ans (je me rappelle surtout du Scarabée d'or et de La chute de la maison Usher). Ces nouvelles appartiennent plutôt au genre fantastique.

Ensuite, j'ai lu des nouvelles de science-fiction dans La Grande Anthologie de la science-fiction, publiée par Le Livre de poche, dont les deux premières séries ont été dirigées par Gérard Klein, Jacques Goimard et Demètre Ioakimidis, et la troisième par Gérard Klein, Ellen Herzfeld et Dominique Martel. Les volumes des deux premières séries, celles que j'ai lues, rassemblaient des nouvelles autour d'un thème (par exemple Histoires de robots, Histoires de planètes, Histoires de sociétés futures), je les ai dévorées! Cette anthologie a été publiée entre 1966 et 2000. Pour en savoir plus, vous pouvez lire l'article La Grande Anthologie de la science-fiction paru sur Wikipédia.

Les premières nouvelles que j'ai écrites étaient fantastiques ou du domaine de la science-fiction. Maintenant, j'écris plutôt des nouvelles qui se passent dans notre quotidien, mais je n'ai pas complètement abandonné ces deux genres. Deux nouvelles, dans mon recueil, pourraient être considérées comme fantastiques («Le chêne du village» et, dans une moindre mesure, «Margaux Duval») et une troisième («La rencontre de Zoé»), appartient au genre de la science-fiction.

Je reprends le récit de mon parcours de découverte des nouvelles. Ensuite, donc, j'ai découvert les nouvelles (et les romans) d'Isaac Bashevis Singer, l'écrivain américain d'origine polonaise qui reçut le Prix Nobel de la littérature en 1978. Il a notamment écrit la nouvelle Yentl, qui fut adaptée au cinéma par Barbara Streisand en 1983.

J'ai continué à lire des recueils de nouvelles au hasard de mes découvertes à la bibliothèque ou en librairie. J'ai oublié la plupart des titres, mais je me souviens d'avoir lu et apprécié Baby-boom de Jean Vautrin, Prix Goncourt de la nouvelle en 1986, d'avoir également lu des nouvelles de Joyce Carol Oates, d'Alison Lurie, puis d'avoir eu un coup de coeur pour Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part, d'Anna Gavalda (paru en 1999 chez Le Dilletante).


Peu après mon arrivée au Québec, j'ai découvert les revues spécialisées dans la publication de nouvelles, telles que XYZ. La revue de la nouvelle et Moebius. C'est dans les pages de Moebius que j'ai d'abord lu une nouvelle de Suzanne Myre avant de lire tous ses recueils (elle a remporté le Prix Adrienne-Choquette en 2003 pour son recueil Nouvelles d'autres mères, Marchand de feuilles, 2002). Puis j'ai lu (entre autres), et beaucoup aimé, des recueils de Diane-Monique Daviau (Dessins à la plume, paru chez HMH en 1979 et Histoires entre quatre murs, paru chez HMH en 1981), d'Esther Croft (Le reste du temps, paru chez XYZ en 2007, Prix Adrienne-Choquette 2008) et d'Agnès Gruda (Onze petites trahisons, paru aux Éditions du Boréal en 2010, Prix Adrienne-Choquette 2011).

Plus récemment, ce sont les recueils de Melissa Verreault (Point d'équilibre, La Peuplade, 2012) et de Daniel Grenier (Malgré tout on rit à Saint-Henri, Le Quartanier, 2012) que j'ai particulièrement aimés.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire