13 février 2016

Le docteur Jivago: un grand roman d'amour interdit

Fait trop froid! Pas envie de sortir pour la Saint-Valentin? Pourquoi pas (re)lire Le docteur Jivago, de Boris Pasternak, ce grand livre d'amour interdit, bien au chaud sous la couette?

La neige tombée hier et le grand soleil de ce matin nous offrent une ambiance tout à fait appropriée. C'est presque aussi beau, dehors, que le magnifique décor hivernal quasi-sibérien du film «Le docteur Jivago» de David Lean. Si vous n'avez pas le temps de lire les 600 et quelques pages du roman, et n'avez pas encore vu le film, n'hésitez pas, c'est également un chef-d’œuvre!

Ce mélodrame politicohistorique mêle amours interdits et fresque épique de la Russie au début du 20e siècle. Le docteur Jivago, médecin et poète, voit sa vie bouleversée par la révolution russe et par son amour pour Lara. J'ai lu le livre après avoir vu le film. Les personnages ont toujours eu pour moi les traits d'Omar Sharif (Youri Jivago), Julie Christie (Larissa Antipova) et Geraldine Chaplin (Tonia Jivago).

L'histoire de la publication du roman de Pasternak est aussi intéressante que l'histoire du roman. Interdit en Union soviétique, le manuscrit sorti clandestinement du pays fut publié en Italie en 1957, puis en France en 1958, année où le prix Nobel de littérature fut décerné à l'auteur.

Voici ce qu'Albert Camus écrivait cette année-là dans ses carnets:
«Ai fini Jivago avec une sorte de tendresse pour l'auteur. Il est faux que ce livre reprenne la tradition artistique du XIXe siècle russe. Il est beaucoup plus maladroit et d'ailleurs moderne de facture, avec ses instantanés continuels. Mais il fait mieux: il ressuscite le cœur russe, écrasé, sous quarante années de slogans et de cruautés humanitaires. Jivago est un livre d’amour. Et d'un tel amour qu'il se répand sur tous les êtres à la fois. Le docteur aime sa femme, et Lara, et d'autres encore, et la Russie. S'il meurt, c'est d’être séparé de sa femme, de Lara, de la Russie et du reste. [...] Et le courage de Pasternak c'est d'avoir redécouvert cette source vraie de création et de s'occuper tranquillement de la faire jaillir au milieu du désert de là-bas. »
Cette fin de semaine, je pense que je vais me replonger dans cette magnifique histoire d'amour et revoir le film. Bien au chaud sous la couette, tandis qu'à l'extérieur, notre hiver, plutôt doux jusqu'à présent, connait un sursaut et que Météomédia nous annonce du froid extrême. Bonne Saint-Valentin à tous!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire