27 février 2016

Six promenades dans les bois du roman avec Umberto Eco

L'annonce de la mort d'Umberto Eco, le 19 février dernier, m'a attristée parce que j'admire ce chercheur et cet écrivain. Je me suis rappelée que j'avais emprunté à la bibliothèque (il y a près de 20 ans!) «Six promenades dans les bois du roman et d'ailleurs», paru chez Grasset en 1996 et traduit par Myriem Bouzaher. J'avais oublié temporairement cette lecture passionnante.

Ce livre m'avait beaucoup intéressée car il explique le rapport entre le lecteur et l'histoire qu'il lit. Entre le lecteur et l'auteur. C'était en 98 ou 99, j'écrivais un roman (devenu une nouvelle en 2010) et je ne voulais pas me perdre dans les bois. Je voulais comprendre. Cette lecture a été déterminante dans mon parcours d'écriture. Merci Monsieur Eco.

Ces six promenades dans les bois du roman sont les textes de conférences (Norton Lectures) données par Umberto Eco à Harvard en 1994. Voici la présentation en anglais de «Six walks in the Fictionnal Woods», par Harvard University Press, suivie d'une traduction libre en français.

«In Six Walks in the Fictional Woods Umberto Eco shares with us his Secret Life as a reader — his love for MAD magazine, for Scarlett O’Hara, for the nineteenth-century French novelist Nerval’s Sylvie, for Little Red Riding Hood, Agatha Christie, Agent 007 and all his ladies. We see, hear, and feel Umberto Eco, the passionate reader who has gotten lost over and over again in the woods, loved it, and come back to tell the tale, The Tale of Tales. Eco tells us how fiction works, and he also tells us why we love fiction so much. This is no deconstructionist ripping the veil off the Wizard of Oz to reveal his paltry tricks, but the Wizard of Art himself inviting us to join him up at his level, the Sorcerer inviting us to become his apprentice.»

Traduction libre:
Dans «Six promenades dans les bois du roman», Umberto Eco partage avec nous sa vie secrète de lecteur — son amour pour MAD magasine, pour Scarlett O'hara, pour la Sylvie de Nerval, romancier français du 19e siècle, pour le Petit chaperon rouge, Agatha Christie, l'Agent 007 et toutes ses femmes. Nous voyons, entendons et ressentons Umberto Eco, le lecteur passionné qui s'est perdu encore et encore dans les bois, a aimé se perdre, et revient nous raconter l'histoire. Le Récit de l'Histoire. Eco nous explique comment fonctionne la fiction, et il nous explique aussi pourquoi il aime autant la fiction. Il ne se pose pas en tant que critique déconstructionniste déchirant le voile du Magicien d'Oz pour nous révéler ses tours dérisoires, au contraire,  il est lui-même le Magicien d'Oz nous conviant à le rejoindre à son niveau, c'est le sorcier lui-même qui nous invite à devenir son apprenti.

Umberto Eco a écrit d'autres essais sur l’interprétation du texte par le lecteur, notamment Lector in fabula. Le site Signo (Site internet de théories sémiotiques) est un des sites présentant sa théorie.


2 commentaires:

  1. Merci, Caroline! Je ne connaissais pas ce livre. Tu m'as mise en appétit!

    RépondreSupprimer