31 décembre 2016

La trilogie du siècle, par Ken Follett

Le père Noël m'a apporté le coffret «La trilogie du siècle», une saga historique se déroulant au 20e siècle, par le prolifique auteur britannique Ken Follett.

J'étais un peu passée à côté de ces livres parus entre 2010 et 2014. Pourtant, Ken Follett était invité d'honneur au Salon du livre de Montréal en 2014 lors de la sortie du 3e tome («Aux portes de l'éternité») et mon chéri avait lu les deux premiers tomes («La chute des géants» et «L'hiver du monde»). Ce n'est donc pas faute d'avoir été informée, mais apparemment, à cette époque, lire des romans historiques ne me tentait pas...

J'ai beaucoup lu de romans de Ken Follett dans les années 90, dont «L'arme à l’œil», «Le code Rebecca», «Le troisième jumeau», «La marque de Windfield», «Le pays de la liberté», et l'excellent «Les piliers de la terre». Recevoir en cadeau «La trilogie du siècle» au début de mes vacances de Noël est l'occasion idéale pour me plonger dans la lecture de cette brique de 3000 pages.

J'en suis à la moitié du 1er tome, «La chute des géants», qui commence en 1911 et se termine en 1924, la majorité du livre se déroulant pendant la Première Guerre mondiale. Ken Follett décrit avec habileté les grands moments historiques à travers les points de vue de ses personnages. Ainsi, Billy et Ethel, fils et fille d'un mineur gallois, qui vont certainement s'affranchir de leur destin d'ouvrier et de domestique, Maud et Walter, dont la guerre contrarie les plans de mariage, puisqu'elle est Britannique et qu'il est Allemand, ou encore les frères Pechkov, jeunes ouvriers russes dont les chemins se séparent juste avant l'entrée en guerre de la Russie.

Les best-sellers de Ken Follett
Ken Follett est assurément une machine à produire des best-sellers, ses livres se vendent par millions partout dans le monde. «Je n'écris que pour le lecteur en pensant à ce qui lui fera tourner la page», a-t-il dit à Nathalie Crom, lors d'une entrevue au journal culturel français Télérama, en 2015.

Ken Follett a étudié en philosophie et a exercé le métier de journaliste avant d'écrire à temps plein. Cela permet de comprendre la qualité de ses romans (intrigue, exactitude historique et narration). Des études en philosophie, en effet, me semblent offrir une excellente formation intellectuelle, à la fois au niveau de la culture générale et de la capacité à organiser ses idées. Une expérience en journalisme développe certainement une efficacité d'écriture. Et, sans doute, beaucoup de rigueur et de travail sont nécessaires pour arriver à un tel résultat.

Le style d'écriture de Ken Follett est plutôt neutre, en tout cas pour la traduction française, mais il est bien adapté à des romans dans lesquels l'intrigue, le suspens ou les événements sont les points forts. Les personnages de «La chute des géants» sont intéressants, très typés, mais non stéréotypés. Je les trouve plus convaincants dans leurs réactions face aux événements sociaux-historiques que dans les scènes romantiques.

Dans différentes entrevues et sur son site Web, Ken Follett explique qu'il lit beaucoup pour se documenter et fait relire ses livres par des spécialistes. Et ce qui captive le lecteur de cette trilogie, à mon avis, c'est l’interaction entre les personnages et l'Histoire, ainsi que la description minutieuse d'une époque.

Sur ce, je vous souhaite une Bonne année 2017, riche de plaisirs de lecture!

*****
Suite de la chronique, 2017-01-08:
J'ai terminé «La chute des géants». Je commence par ce qui m'a moins plu: Ken Follett abuse des coïncidences pour faire se rencontrer les personnages, cela devient moins crédible au bout d'un moment. Et comme je l'avais souligné, les scènes romantiques sont vraiment peu convaincantes, sans émotion.
Par contre, j'ai beaucoup apprécié l'habileté de l'auteur pour nous présenter les faits et enjeux historiques à travers le vécu, le point de vue et les réflexions des personnages (sur le droit de vote des femmes, les inégalités sociales, l'engrenage de la guerre). Et Ken Follett a terminé ce 1er tome sur le couple le plus attachant, Maud et Walter, ce qui m'a donné envie d'ouvrir immédiatement «L'hiver du monde» (quel beau titre!) pour connaître la suite.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire