22 mai 2017

Un air de vacances à Québec, lors du Salon international du livre

En avril dernier, j'ai participé au Salon international du livre de Québec, sur le stand des Éditions de la Grenouillère. J'ai eu le sentiment de prendre des mini-vacances en venant passer deux jours à Québec. J'ai assisté à une excellente soirée avec des poètes et des musiciens: Québec la muse: Jazz et poésie, organisée par Gaston Bellemare en collaboration avec le Festival international de la poésie de Trois-Rivières. Toute la salle était sous le charme des textes et de la musique.

Salon du livre de Québec (2017), photo par Lise Létourneau



En arrivant à l'espace Dimedia le samedi 8 avril, je suis passée devant le stand des Éditions Pleine Lune, où Caroline Vu était en séance de signature. J'avais acheté son roman, «Un été à Provincetown», au Salon du livre de Montréal et elle me l'avait dédicacé. Caroline Vu m'a remerciée pour ma chronique sur son livre, parue sur ce blogue en janvier dernier. Cela m'a fait très plaisir.

Je suis revenue à Montréal avec des livres qui étaient sur ma liste de lecture depuis quelques temps: de la poésie, avec «Ne calme pas les dragons», de Jean-Marc Desgent (La Grenouillère), des romans de chez Alto, avec «Au péril de la mer», de Dominique Fortier, «Madame Victoria», de Catherine Leroux et «L'orangeraie», de Larry Tremblay, un recueil de nouvelles et une pièce de théâtre parus chez L'instant même: respectivement «Avant d'éteindre», de Sylvie Massicotte, et «Norge», de Kevin McCoy (j'ai vu sa pièce à l'Espace Go en novembre).

De quoi m'occuper dans l'autocar! Même le trajet faisait partie du plaisir du voyage. J'aime beaucoup lire et écrire dans les transports en commun, et aussi rêver en regardant le paysage. D'ailleurs, un de mes projets serait de traverser le Canada en train panoramique et d'écrire une ou plusieurs nouvelles pendant le trajet!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire